Enseignement - Ecole et Démocratie.

_Acrobatie_.jpg L'ECOLE DE L'AVENIR. - RENCONTRES ET RECHERCHES.

SILENCES ET LIBERTÉS

SE REPOSER OU ÊTRE LIBRE;

POPULISME - POPULAIRE - PEUPLE

POUVOIRS ET URBANISME

ORGANISATION DU TERRITOIRE

ENSEIGNEMENT - ECOLE ET DEMOCRATIE.



I - LE PROFESSEUR ET VOLTAIRE.

# - Légèrement coquin, superficiellement ironique le professeur de littérature fixa sa classe appelée à approfondir le programme des années lumière , ce temps favorable à l'émancipation des esprits bien avant la Révolution Française. Les phantasmes philosophiques et contestataires de VOLTAIRE envahirent subitement son imagination et ses pensées sous le plafond d'un quartier populaire de la cité.. Avec satisfaction il paraphrasa une scène improvisée;du célèbre auteur français.

- Dis donc, vous devez avoir des joies immenses sur votre globe, car ayant aujourd'hui tant de matière et tant de commodités vous devez passer votre vie dans un bonheur inégalé?

A ces mots inattendus tous les élèves secouèrent la tête. Certains firent quelques moues significatives. Mais l'un d'eux, plus franc que tous ses copains avoua de bonne foi que, si l'on exceptait un petit nombre d'habitants tous si peu considérés, la majorité n'était qu'un assemblage docile, d'esclaves, de fous, de méchants et de malheureux. ( Voltaire )

_Ecole_sortie_A_.jpg - Nous avons plus de matière qu'il nous en faut pour faire beaucoup de mal, si le mal vient de la matière et si peu d'esprit si le bien vient de l'esprit. Je crois que trop de matière mène à une grave absence d'esprit. Savez-vous qu'à l'heure où je vous parle des millions de fous massacrent sans hésiter d'autres fous. C'est ainsi depuis de temps immémorial. Alors où est le bonheur ?


_Ecole_sortie_B_.jpg Le professeur s'exprima devant ses élèves médusés. Il demanda comment on pouvait éviter ces infâmes querelles au temps des progrès infinis et des richesses d'esprits inexplorés.

- Et voilà et voilà, voilà, voilà, voilà ! En effet, en effet

Ainsi s'exprimait un assemblage de têtes bien codées dans le flot des rayons ioniques.



- NON et non, explosa l'intraitable professeur de la cité nouvelle. PUTAIN, RÉVEILLEZ- VOUS ! Pardon ! Mais à partir de maintenant je vous déclare libres, héros des temps modernes, des êtres vivants et créateurs. En effet, en effet, vous n'êtes ni esclaves, ni fous, ni méchants, ni malheureux pour toujours.
Allons au boulot ! J'attends de vous d'autres propositions et non des discours vains, d'autres commentaires que des bêlements ridicules. Pour notre cité il faut un autre projet, une autre démocratie ! Vous avez quelques jours ! Au boulot !



_Democratie_.jpg II - AU BOULOT.

Les élèves tombèrentt des hauteurs sécuritaires de leur époque bien protégée. Les voilà surpris, éberlués, interrogatifs, subitement rejetés au pied des réalités inattendues.

- Que devons nous faire, Monsieur ? ?

L'attente était de quelques secondes avant la réaction de leur maître.

- Dites-moi, que faites-vous donc de vos smartphones, de vos ordinateurs, de vos écouteurs, de vos outils les plus performants jamais créés dans le monde ? ?

Nouvelle attente vite interrompue par une élève visiblement amusée par une telle opportunité.

- Nous jouons, Monsieur ! On s'amuse !

Le professeur souriait et filles et garçons acquiescèrent cette pertinente réponse.
Sans hésiter il ajouta aussitôt une rapide et surprenante proposition.


- Très bien ! Parfait, jouons ! JOUONS le jeu innovant de notre monde. JOUONS !
A partir d'aujourd'hui vous êtes écrivains, historiens, compositeurs, scientifiques, astrologues, cosmonautes.
Jouons ensemble le jeu de la vie, celui des vérités. Vous avez dans vos mains les outils les plus extraordinaires du monde, les bibliothèques les plus riches de la terre, les penseurs les plus reconnus mais aussi les manipulateurs les plus expérimentés. A vous de jouer !
Je vous demande de vous associer et de créer 4 groupes de travail et de me faire une étude et des propositions concrètes concernant des priorités majeures pour notre société dite moderne. Je vous donne 4 thèmes, 1 thème par groupe. que vous étudierez ensemble, librement comme un jeu. Voilà mes quatre propositions:
SOCIÉTÉ ET GÉOPOLITIQUE
SOCIÉTÉ ET PARTICIPATION.
SOCIÉTÉ ET FÊTES POPULAIRES
SOCIÉTÉ ET REPRÉSENTATION;

Je compte sur vous! Vous avez six mois pour mieux comprendre les réalités du monde. J'attends vos propositions à soumettre aux fous les plus démunis de notre planète. Au boulot !

_Agora_.jpg

III - SIX MOIS APRES - PREMIÈRE JOURNEE DE RENCONTRE

- Monsieur le Professeur, nous vous invitons à notre première rencontre pour faire connaître nos réflexions et nos propositions après un long travail sur le thème proposé ; ECOLE ET DEMOCRATIE.
Rendez-vous le samedi matin à 9h au Baerehûss à la sortie du premier village sur la route du vignoble en quittant Strasbourg;
FRED se tenait debout et s'exprimait pour la première fois devant son professeur.

Ce jour l'étonnement s'invita au rendez-vous. L'endroit s'improvisa dans un coin de verdure à l'ombre de grands sapins sur une hauteur au-dessus du vignoble. Telle une belle solitude éloignée de la cité. Une rose fleurissait à l'entrée tout près des arcades romanes. Étrange ! A l'intérieur de l'édifice sous les charpentes de chêne d'une salle de réunion les jeunes élèves attendaient t assis autour d'une grande table de bois ciré au premier rang d'une affluence de parents, de sympathisants, d'amis.

_Assemblee_.jpg
FRED , le grand gaillard, se leva à l'arrivée de leur professeur. Il fit une première déclaration.

- Merci, Monsieur le Professeur ! Vous êtes ici le bienvenu. Grâce à vous nous avons appris que l' ECOLE c'est nous, avec vous et les parents nos amis, la population et des êtres qui bougent, s'activent. A l'heure des nombreuses critiques contre certaines démocraties, sans doute justifiées, nous sommes fiers de pouvoir prendre la parole, car une telle initiative honore la jeunesse et les adultes de Strasbourg et de sa région, choisis sur un territoire d'un futur que nous souhaitons tous plus exaltant, plus libre.
Merci de nous avoir permis cette passionnante recherche qui nous a aidés à découvrir des réalités insoupçonnables d'une réelle participation en milieu scolaire.. Ce travail nous a emballés et interrogés tout au long des nombreux échanges.

L'attention était palpable, vraie. Après quelques courtes secondes d'étonnement la salle explosa sous de longs applaudissements. RED poursuivait.

- Nous avons décidé ensemble d'aborder notre travail d'une façon réaliste, concrète. Cinq priorités ont été retenues pour cinq rencontres programmées jusqu'aux vacances. Nous allons être heureux d'échanger avec vous tous et de vous faire connaître toutes nos propositions. Une belle utopie, allez-vous me dire ? Oui, mais l'utopie peut conduire à des situations nouvelles qui peuvent changer notre monde. Voilà les priorités retenues.

> Silences et Libertés.
> Repos ou être libre.
> Populisme, populaire, ochlocratie.
> Ecole et Participation..
> Un Au-revoir

Aujourd'hui, pour notre première rencontre, nous avons décidé ensemble de vous parler des silences et de l'importance de la parole à l'Ecole et dans une société démocratique.


IV - PREMIÈRE RENCONTRE AVEC LES ÉLÈVES - SILENCES ET LIBERTES

JESSICA fit sa première intervention pour parler des silences dans le monde; D'abord hésitante elle rappella le souvenir de son père décédé récemment; Sa voix faiblissait par moments, puis, avec assurance, elle retrouva des images, le portrait d'un être cher qui dans sa jeunesse escaladait les chemins de l'Himalaya. Il lui disait souvent :
- Tu sais, j'écoutais avec ravissement les silences de la montagne. Il y a des silences, vois-tu, des silences qui parlent, qui chantent.

Elle poursuivait. Emue, elle parcourait longuement ces silences qui apparaissent souvent comme des antidotes contre le mal-vivre.

JEM prit la relève. Il rappelait d'autres réalités en évoquant d'autres souvenirs plus inquiétants. Ceux des visiteurs dans les pays de l'est de l'Europe avant que tombait le mur de Berlin en 1989.
- Dans ces pays il régnait des silences insupportables, ceux des trahisons et de la peur.
Il ' s'expliquait pendant quelques minutes en démontrant que les silences pouvaient être des signes d'atroces dictatures.


- OUI, OUI ! La Parole est la force de nos libertés. , lança LAURA
Elle rappella l'intervention de Guillaume CANET à son passage à Strasbourg au mois de janvier 2017, ses mots qui désignaient les petits cochons de la cité et qui laissaient traîner leurs déchets sur les marches du Temple Neuf .
- Ces paroles bousculaient certains. Elles blessent souvent; Tant pis !

Admiratrice du Président BARACK OBAMA des Etats Unis elle vanta son don de pédagogue et souligna ses explications qu'il avait données dans son discours d'adieu en janvier 2017. Il insistait alors sur l'importance du dialogue, des échanges dans la vie réelle. Il disait ::
- Si vous êtes fatigués d'argumenter avec des inconnus sur Internet, parlez avec l'un d'eux dans l'espace de la vie réelle.

_Echanges_.jpg

THEO hésita un moment avant de débuter son exposé des silences meurtris. Il enchaîna :
- A des époques encore récentes la parole était interdite, les mots censurés. On voyait les strasbourgeois se camouffler dans les Winstubbs. Dans les pays en guerre les gens s'enterraient et s'enterrent encore dans de longs silences. Dans son livre GAËL FAYE décrit avec émotion ces soirées à la frontière du RWANDA en guerre dans les cabarets de nuit à l'abri des regards et des inquisiteurs.

Aujourd'hui nous pouvons parler, échanger, créer. Mais demain ? Cette rencontre reste un bel exemple d'une démarche démocratique à l'initiative de notre professeur, un maître génial. Profitons en, parlons, parlons ! Notre avenir, notre liberté, toutes nos libertés en dépendent. Mais attention! La parole n'est sans doute pas suffisante. Il faut agir pour rompre les silences et les trahisons.

PROPOSITIONS.
SYLVA pour son groupe présentait ses propositions.
> Encourager les arts de la parole, la musique, le chant, le rap, les écrits, le théâtre. Multiplier les échanges, les rencontres.
> Demander aux enseignants, à tous les professeurs de programmer tous les jours, dès le plus jeune âge, un 1/4 d'heure de paroles et d'échanges.
> S'emparer des silences.
> Créer un lieu de rassemblement et festif à proximité du Parlement Européen à Strasbourg avec des rencontres régulières pour les jeunes et les adultes une fois tous les quinze jours.


V - - DEUXIÈME RENCONTRE - SE REPOSER OU ETRE LIBRE.

FRED avait le sourire, heureux, rayonnant. La salle était pleine d'amis, de parents. Des têtes nouvelles apparaissaient dans le public venu pour la deuxième journée de rencontre. Il rappela quelques points importants de leur première journée avant de demander à DAVID de parler de ses recherches pour faire comprendre l'affirmation de l'historien THUCYDIDE du Ve siècle avant J.CH.
SE REPOSER OU ÊTRE LIBRE.

_Activite_.jpg DAVID, jeune silhouette sportive fièrement posée sur sa chaise avoua avec assurance que les textes anciens n'étaient pas les ingrédients préférés de sa vie d'adolescence.

- Plutôt barbants au premier abord. Plutôt sans intérêt pour nous aujourd'hui ? Ces auteurs ne sont-ils pas complètement dépassés ? Un THUCYDIDE du Ve siècle avant J.CH. , qui s'en soucie de nos jours ? Un PLATON du IVe siècle ? Si loin de nous et de notre monde! Si loin de nos préoccupations! WAOU! Pendant plusieurs jours je me suis accroché à ces esprits du temps passé. J'ai découvert avec stupeur que ces humains n'avaient rien des barbares échappés des pays d'Orient. NON ! C'étaient des êtres de réflexion qui avaient une sacrée intelligence, des choses importantes à nous dire même à cette époque, pour nous aujourd'hui. THUCYDIDE ne parle-t-il pas aussi pour le temps présent quand il disait cette chose étonnante :
SE REPOSER OU ÊTRE LIBRE ou encore LE BONHEUR EST UNE QUESTION DE LIBERTÉ ET LA LIBERTÉ UNE QUESTION DE COURAGE INDIVIDUEL.

Il parlait ainsi de l'éveil individuel pour un bonheur plus grand. Il encourageait l'éveil de l'esprit pour un comportement de courage et d'actions volontaires. Qu'en penses-tu SANDRINE ?

- THUCYDIDE, PLATON, ARISTOTE, et tous les autres! Tellement inutiles! THUCYDIDDE, philosophe, historien, politique de la Grèce Antique! Un univers inconnu pour moi ! Un temps de loisir gâché ? Pourtant! Pourtant! ! Je fus tout à coup rattrapée par mes penchants naturels pour des repos réguliers prolongés par une douce oisiveté. Comment pouvait-il savoir ? J'aime me laisser glisser vers une sorte de nonchalance qui m'éloigne des réalités du monde et de ses souffrances. Aussi je suis fascinée par la facilité qui permet à certains animaux de gérer leurs efforts sans trop se fatiguer.

SANDRINE citait avec humour le paresseux qui somnole 8 heures dans la journée sans jamais se faire arrêter pour excès de vitesse; Elle évoquait en souriant la marmotte qui, après six mois d'hibernation, ressort son museau aux premiers réchauffements sur le sol gelé.

_Aula_.jpg ARTAU avait un large sourire en prenant la parole.

- Fascinant ! Etonnant ! Le repos est une part importante pour notre équilibre et une nécessité pour notre santé. Cela est prouvé. Mais nous sommes plus qu'un paresseux accroché à une branche, une marmotte enterrée dans un terrier pendant six mois. Plus que des fourmis à bosser de longues heures dans la journée et que semblait admirer Monsieur de LA FONTAINE.
Peut être sommes nous des cigales artistes, des êtres humains capables de plus de réflexions, de raisonnements, de dépassements des possibilités physiques? Souvent c'est de l'endormissement tout en douceur aidé par des éléments extérieurs, des manipulations programmées, Alors nous devons réagir et retrouver notre pleine liberté. Il y a sans doute urgence pour notre Démocratie.

ARTAU donna des exemples pour un endormissement progressif tels les stupéfiants, les produits pharmaceutiques, le matraquage des esprits, la force des images ou diverses manipulations avant de conclure:
- Nous subissons souvent un sommeil inutile au détriment de notre liberté d'être, de penser, d'agir. C'est là très certainement le sens qu'il faut donner à l'avertissement exprimé par THUCYDIDE.

- Tout bon! Tout bon! Je peux encore citer une autre phrase de THUCYDIDE. Elle nous renvoie à notre actualité, à nos préoccupations présentes. Cela est tout à fait étonnant Il disait :
L'EPAISSEUR D'UNE MURAILLE COMPTE MOINS QUE LA VOLONTÉ DE LA FRANCHIR.
Franchir l'épaisseur d'une muraille est une action difficile. Plus difficile reste le franchissement des ignorances, des habitudes, des idées reçues, de nos peurs et nos croyances. , ajoutait ESTHER qui énumérait de nombreux exemples.

Tous les participants l'écoutaient avec une profonde attention puis on passa aux propositions faites par toute l'équipe qui restait convaincue que les discours ne pourront jamais résoudre les problèmes de notre société. ESTHER énonçait les actions à développer:
> Le sommeil, oui ! Il faut l'adapter à notre condition humaine.
> Parents, amis, professeurs, responsables politiques et autres doivent veiller au respect de la liberté d'autrui.
> Créer des occasions qui nous aident à franchir les frontières établies.
> Programmer des manifestations régulières à Strasbourg pour réunir les populations des pays rhénans et d'ailleurs.


VI - TROISIÈME RENCONTRE: - POPULISME - POPULAIRE - PEUPLE.

FRED était là. Il partageait les dernières poignées de main, des regards complices au milieu d'un public chaleureux, surpris. A la table le professeur avait sorti son carnet prêt à prendre des notes.
- Bonjour à vous tous ! Nous continuons aujourd'hui à parler de notre vie en société. Lors des dernières rencontres nous avions souligné l'importance de la PAROLE et de l'ACTION. Mais l"action par qui ? Pour qui ? Pour quoi faire ? Aujourd'hui nous allons essayer de répondre à toutes ces questions.

JEREMY est le premier à s'expliquer.
- Le rappeur strasbourgeois RMC, fils d'une famille d'origine turque, ancien stagiaire du RACING football club de Strasbourg, déclarait récemment dans une interview: Si je ne sers à rien pour ma famille, à quoi bon vivre ?
Un aveu surprenant, non ? Ainsi on peut servir sa famille, les plus proches, ceux de sa communauté, dès fois son clan. Un homme politique peut prospecter plus loin pour des propres intérêts, son parti. . .Oh; populisme, populisme rétorquent alors des voix disparates. Nous y sommes! Le mot soulève aussitôt les passions les plus véhémentes.

JÉRÉMY prenait alors tout son temps pour montrer que les mots avec la terminaison ISME , ont une signification bien précise ; Il cite : populisme, despotisme, nazisme, ou encore sectarisme, stalinisme . . . . Il indiquait que nous avons à faire à des regroupements, à des organisations d'agissements humains qui, le plus souvent, veulent ignorer ce qui est à l'extérieur et qui s'enferment pour mieux dominer.

- Oh la ! Jérémy tu vas un peu loin . Mais je crois que tu as raison. On dit que le populisme est né aux Etats Unis vers 1880, quand la jeune démocratie américaine a vu naître des mouvements de protestation de la part des propriétaires terriens opposés aux taxes que voulaient leur imposer les grandes firmes du pays. Pour ma part ce mot est souvent mal employé. Je préfère les mots qui se terminent par - AIRE - . De populisme allons plutôt vers populaire, de sectarisme allons plutôt vers sectaire. Dans beaucoup de cas cela me paraît plus juste. , rétorqua JULIA avec détermination.

Elle donna encore d'autres exemples de groupements organisés, fermés avant de citer ces choses plus précises à caractères propres, plus étendus. Elle indiquait planétaire pour préciser l'univers des planètes, stellaire pour l'univers des étoiles, populaire par rapport au peuple. On donne une indication précise d'une chose, d'une appartenance.

Animation_populaire_.jpg
- Mais c'est quoi le populaire ? C'est quoi le peuple ? Voilà les véritables questions, C'est qui ? Pour Michel ONFRAY, le très médiatisé penseur français, "c'est celui sur lequel s'exercerait le pouvoir et qui n'a jamais la possibilité d'exercer le pouvoir." C'est là une déclaration récente. Pour Lyse RAVARY, une rédactrice canadienne, l'histoire nous montre une dure réalité " Dans l'Histoire le peuple a toujours été berné par les élites qui juraient ne vouloir que leur bien, Hitler, Staline, Mao . . . "
Tous les deux opposent le peuple d'en-haut au peuple d'en-bas, l'élite au reste de la population. Pour les Grecs de l'Antiquité le peuple prenait le sens de l'ensemble des citoyens élus tout en restant très restrictif. On éliminait les femmes, les jeunes, les étrangers, les esclaves à vie, les esclaves pour dettes. Les citoyens des dèmes avaient de réels pouvoirs. C'est vrai! Mais le regard des dieux et des riches terriens veillait jalousement sur les hauteurs
JONATHAN exposait ses pensées avec une grande sincérité. Il savait qu'il allait bousculer une partie de l'assistance.

MÉLANIE fut invitée à prendre la parole, à mieux définir le peuple dans un système démocratique. Elle entendit quelques appels dans la salle. Allez MELANIE, alez, allez….. Elle hésitait un moment avant de se lancer dans cette folle aventure.

- Nous parlons tous de démocratie et nous pensons être les héritiers légitimes de cette chose mal définie. Mais qu'est-ce la démocratie sans le peuple, sans l'ensemble des citoyens, sans cette attention à tous ? Trop souvent les uns veulent dominer les autres, les diplômés veulent parler au nom de ceux qui restent sans qualification reconnue. Nous favorisons souvent des systèmes de classes, des structures proches de l'élitisme comme une Oligarchie ou une Technocratie. Est-ce volontaire ou une grave ignorance ?

Ou encore, en reprenant les témoignages des célèbres penseurs de la Grèce de l'Antiquité, nous ne cessons de souligner l'inefficacité, l'inutilité d'un pouvoir populaire bruyant, souvent détourné de ses véritables objectifs . Je peux citer le témoignage de LUC d'origine grecque, compagnon de PAUL de TARSE qui décrit vers l'an 60 après J.CH. la situation fragile d'une démocratie à la dérive. Il écrit :
'- On sait que tous les Athéniens aussi bien que les étrangers fixés à Athènes ne s'occupent de rien tant que de colporter ou d'écouter les dernières nouvelles.
Cela s'appelle une OCHLOCRATIE , un pouvoir aux mains d'une multitude turbulente et inefficace. Et aujourd'hui ? ? Un véritable pouvoir démocratique est-ce possible ?

Le silence fut long, pesant . FRED proposa alors une pause de détente et invita tout le monde à prendre la parole.
- Silences! Parolles ! Actions ! A vous tous maintenant de prendre la parole, à nous éclairer, à faire des propositions pour une réelle Démocratie moderne, vivante, sachant que nous avons aujourd'hui des moyens énormes, inconnus dans le passé. Nous notons toutes vos suggestions, vos idées, vos projets pour un avenir différent.


VII - QUATRIÈME RENCONTRE : POUVOIRS ET URBANISME

De sa chaise FRED observait un moment son professeur et tous ses amis présents dans la salle. La fin de semaine répandait paisiblement sa clarté estivale. Il était 15h. Le visage de FRED exprimait une profonde satisfaction et il rappela fièrement les dernières observations des rencontres passées.

- La Démocratie, le pouvoir du peuple, apparaissait d'abord comme une solution contre toute forme de tyrannie. C'était un pari difficile, impossible pour beaucoup et qui avait demandé une adaptation progressive le long des siècles de l'époque de la Grèce de l'antiquité. C'est sûr, cela avait existé.
Aujourd'hui il reste des textes, des écrits, mais aussi une architecture inscrite dans la pierre, les monuments que nous pouvons encore visiter. Il en est ainsi des traces laissées par les pouvoirs du passé et de notre époque.

_Banc_.jpg HALIMA rappela que le pouvoir démocratique s'était élaboré à l'initiation des habitants d'Athènes qui avaient l'habitude de se retrouver à un endroit précis de leur cité. Dans les pays méditerranéens cette coutume persiste encore. Ils étaient terriens, souvent très riches et influents, des marchands qui cabotaient périodiquement le long des côtes de la Méditerranée, des commerçants, artistes ou notables distingués que suivaient avec attention des esprits cultivés et cela dès le VIIe siècle avant J.CH.

- Le lieu des rencontres des citoyens d'Athènes s'appelait l'AGORA, sans doute pour rappeler l'appellation connue de l'endroit. Cette place est encore bien visible dans le sol de l'antique Athènes. Ce n'est pas une illusion des sciences-fictions mais bien une réalité marquée dans le plan d'urbanisme de la ville. La place est située au premier niveau d'un projet qui, le long d'une voie sacrée, mène vers les hauteurs d'une perfection, celle de l'ACROPOLE.
Ainsi nous pouvons encore connaître la réalité d'une organisation humaine qui nous touche tellement aujourd'hui

Des points forts apparaissent. D'abord la place donnée aux citoyens de la cité, qui ne représentaient que 10% environ de la totalité des habitants. Ils menaient la vie sociale à partir de l'AGORA qui s'enrichissait peu à peu de structures administratives, juridiques et religieuses.
La recherche d'une perfection dans l'Absolu reste une autre caractéristique de ce Pouvoir qui ne cessait de lorgner vers l'ACROPOLE et le temple d'ATHÉNA. De nombreuses fêtes comme celles des Panathénées accompagnaient la vie des citoyens et de toute la population..

HALIMA complètait sa démonstration par une série de vues encore bien visibles du plan d'urbanisme de la cité antique d'Athènes.

% - Bien vu, bien vu ! Les pouvoirs ont leur architecture, leurs monuments. Voyez nos cathédrales du Moyen-Age! Les royautés et les empires avaient et ont encore leurs palais de luxe pour monter leur puissance, leur goût pour les fêtes et les plaisirs. Ains apparaît VERSAILLES en France, le château de SCHÖNBRUNN en Autriche, les palais de SAINT-PETERSBOURG en Russie; Plus récemment Mobutu avait fait construire son palais de marbre au milieu de la forêt africaine du Congo pour pouvoir jouir en toute liberté de ces folies à BWADOLITE

FRANCK' illustrait sa présentation par des clichés connus ou moins connus, les lieux secrets des dictateurs des temps modernes, les architectures surréalistes du technocrate favori d'Adolph Hitler, Albert Speer, la zeppelintribune, le Führerbunken à Berlin ou encore les projets névrotiques de Khadafi.

- Je ne veux blesser personne, disait FRANCK. Mais que reste-t-il aujourd'hui de l'AGORA de la démocratie ? Une impasse, des bureaux et quelques bancs pour admirer une grande façade vitrée ? Et encore u quartier d'affaires pour des gens fortunés.

CELINA évoquait alors les efforts de ces têtes de mentor du passé qui enseignaient avec conviction et sagesse. Ainsi les préoccupations de CLISTHENE qui élaborait les fondements d'un pouvoir démocratique réel accompagné de valeurs bien définies :
1 - L'EFFICACITÉ en dessinant une nouvelle carte du pays et en imposant 3 régions distinctes pour Athènes.
2 - La MIXITÉ en organisant 10 tribus, chacune formée de 3 trittyes qui devaient représenter les 3 régions.
3 - La PARTICIPATION et la MOBILITÉ en imposant une rotation administrative et le tirage au sort nommé la stochocratie .
4 - L'EGALITE pour les débats publics organisés régulièrement à l'ECCLESIA, le forum des citoyens.
5 - La JUSTICE pour tous grâce à l'HELIEE , le tribunal populaire.

- Tout cela dès le VIe siècle avant J.Ch. . Pas vrai, diront certains. Si, mais une vérité amputée de plus de 80% de sa population. Nous faisons mieux avec nos 50% d'abstention. D'accord mais pour quelle démocratie ? Notre copain LULU nous a promis de faire des nouvelles propositions. A toi LULU. !

_Canal_.jpg LULU apparaîssait la chevelure fournie, les traits réguliers dans ses habits d'été d'un ton sombre. Sa voix prit une force inattendue et se mit à résonner dans la salle de réunion..

- On m'a donné un rôle bien difficile. On m'a dit: A toi de refaire les plans de l'Agora du futur à imaginer près du Parlement Européen de notre cité! C'est de là que la Démocratie était partie. De là tout doit repartir. Nous pensons que c'est possible, vraiment possible.
J'entends déjà les remarques amusées, les plaisanteries déplacées. ILS RÊVENT ! Ce sont des poètes ridicules ! Voilà un beau mec du passé, un idéaliste incompétent, un anarchiste. QUOI ! Alors ensemble nous avons juré de tenir bon et d'OSER.

LULU se mit à raconter les longs échanges avec ses copains, des soirées tendues et les nombreuses interpellations souvent virulentes, passionnées. Les conclusions allaient vers l'évidence d'une réalisation possible. Ils étaient tous d'accord: Le peuple devait retrouver sa place dans la vie publique.C'était la conviction de tous ses camarades.

- NON, non, nous ne voulons pas et nous ne pouvons pas chambouler la carte géo-politique de notre continent. Ce n'est pas là le but fixé. Nous voulons tout simplement inspirer le futur. Nous souhaitons reconstruire ce qui est tombé en ruines. Nous voulons agir !
Il est temps de refaire le grand théâtre du peuple, créer, faire évoluer nos façons de penser dans notre cité, notre pays avec nos voisins d'Allemagne, de Suisse, d'Italie, de Belgique et d'ailleurs jusqu'aux frontières de l'antique histoire de l'Europe.

Autour de la grande table le public était surpris, secoué entre admiration et scepticisme. L'être humain combine tellement vite avec sa méfiance naturelle! Mais LULU' poursuivait, de plus en plus convaincant.

- Pour ce théâtre de la vie à Strasbourg il faut une grande scène, une grande place bien apparente dans notre paysage. Dépêchons nous car les terrains se raréfient à proximité du Parlement Européen. Les grandes affaires s'y installent, exposent leurs ambitions.
Des espaces naturels sont encore disponibles aux abords des terrains de sport et de l'eau. Dépêchons-nous ! Des espaces rares s'étendent encore sur les rives très peu fréquentées. On peut s'y installer, refaire ce lieu unique en Europe où pourront se rassembler les acteurs d'un pouvoir de proximité. Nous pouvons demander à notre municipalité de prendre des décisions courageuses, fortes, pour une véritable ambition européenne.
Mais pour quoi faire? POUR QUOI FAIRE ? ?

- Oui, pour quoi faire ? La réponse est inscrite dans notre histoire, celle de tous les pays européens et d'ailleurs.
Créons ensemble un grand Marché des acteurs de notre vie, de nos besoins vitaux venus des pays limitrophes: Allemagne, Suisse, Italie, Belgique ….
Cela paraît simple et pourtant encore bien compliqué car nos lois diffèrent. Il faut évoluer, créer, agir et inviter les utilisateurs de nos pays à venir à Strasbourg une fois par semaine. Ouvrons la frontière à notre réalité contemporaine.
POUR QUOI FAIRE ENCORE ? Nos cultures, musique, littérature, théâtre, cinéma . . ont beaucoup de difficultés à sortir des pays concernés. Que savons nous d'autres artistes européens, d'autres penseurs ? Ouvrons l'arène des cultures d'Europe en encourageant des rencontres libres ou programmées par semaine. Nous pouvons le faire ! Nous devons le faire.

_Barrage_.jpg
Le public reste silencieux quelques instants. Des applaudissements timides rompent le silence. Puis c'est toute la salle qui réagit par de longs applaudissements et de nombreuses nterpellations.

- Oui, dépassons les débats inutiles, les discours mensongers. Reconstruisons la cité d'avenir, sa nouvelle architecture humaine qui peut se réaliser chez nous. Nous le croyons. Ce ne sera pas l'Agora de l'Antiquité mais le WACKEN, ou le BOECKLIN ou encore le STRASBORA si vous voulez. Mais arrêtons de singer le passé. Créons ! Inventons ! Agissons !
SYLVIA nous as promis de conclure pour la dernière rencontre programmée dans huit jours. Nous comptons sur elle avec impatience.



VIII- DERNIÈRE RENCONTRE - UN AU-REVOIR.

Il y avait ce soir un mélange de sourires et de silences, de gaieté et de nostalgie. La salle apparaissait être un compost rare d'amitiés, de fidélités et de destinations inconnues. FRED laissa la parole à SYLVIA , le regard lointain, très lointain.

- Belle journée ! Belle soirée ! C'est un véritable bonheur de se retrouver tous ensemble, une nouvelle fois avant de . . .
NON ! Nous ne sommes qu'au début d'une fantastique aventure, car tout reste à faire. Oui, tout reste à faire. Nous ne pouvons plus nous contenter du passé, d'écrits, de témoignages, de discours. Trop facile tout cela. A notre dernière rencontre nous avions évoqué l'importance d'une architecture démocratique à mettre en place pour réussir à créer une société plus juste, plus vivante, en laissant aux citoyens de la cité des initiatives plus grandes. Pour cela il faut beaucoup de temps.
Il faut qu"on continue à travailler ensemble, aujourd'hui, demain, tous les jours à venir.

Il est vrai, nous avons beaucoup parlé du passé, peut-être trop ? . Et aujourd'hui que pouvons nous faire? Le souci d'une réelle société des citoyens acceptée par tous, est-ce vraiment la priorité de notre monde actuel ? Ne préférons nous pas trop l'image du passé, la mémoire, à la réalité présente? Peut-être est-il encore possible d'enjamber des souvenirs lointains pour atterrir dans notre réalité visible qui nous entoure? Qu'en penses-tu FRED ?


FRED se leva, s'immobilisa un court instant. Son corps se raidit. Il se rassit pour se relever aussitôt en communion avec tous les auditeurs.

 Art Parlement .jpg - Quel jour merveilleux ! Non ? Tout semble au beau fixe, normal, presque parfait. Pourtant je crois saisir une certaine mélancolie. Normal, normal . . . . .Mais le pire ce sont les indifférences, les aveuglements, l'ignorance, tout ce qui peut mener à l'erreur, à l'inutilité et qui nous guettent. Il est vrai, nous nous contentons trop d'acquis, de codes, d'images. Arrêtons notre hypocrisie nos discours creux et fiévreux ! Nous pouvons être capables d'autres choses, de reconstruire notre avenir, organiser une société humaine adaptée au temps présent ?

Nous le pouvons si nous voulons. Oui nous pouvons aujourd'hui refaire notre cité, Nous pouvons revoir la construction de notre démocratie, imaginer un autre futur. plus directe, plus juste. C'est sûr, nous pouvons changer le monde car nous avons des moyens fantastiques . Un rêve ? Une utopie ? Une fiction pour l'avenir ?

C'est vrai, nous avons participé à une belle fiction grâce à un prof extraordinaire qui a compris qu'enseigner c'est permettre à chacun d'être un bâtisseur d'avenir, c'est laisser naître des lumières dans l'intimité de chacun. MERCI!

Passons maintenant de la fiction à la réalité. Je vous laisse mon numéro de téléphone et deux, trois jours de réflexion pour m'annoncer vos décisions, vos accords pour commencer la construction d'une nouvelle société. . Allez, on fait la fête !

G. Kautzmann - Texte corrigé le 20/08/020

Commentaires

1. Le vendredi 19 juin 2020, 3:41 par Mésange

La vie scolaire est-ce possible autrement ? Qu'en pensez-vous ?

                     MESANGE
2. Le lundi 17 août 2020, 2:52 par 먹튀사이트

When someone writes an piece of writing he/she keeps the plan of a user in his/her brain that how a user can be aware of it.
Therefore that's why this article is great. Thanks!

3. Le dimanche 4 octobre 2020, 5:51 par 먹튀폴리스

I have to thank you for the efforts you have put in writing
this blog. I'm hoping to check out the same high-grade blog posts by you
later on as well. In fact, your creative writing abilities has inspired me to get my own, personal blog now ;)

4. Le dimanche 4 octobre 2020, 8:24 par 먹튀폴리스

Usually I do not learn post on blogs, but I would like to say
that this write-up very forced me to try and do so!
Your writing taste has been amazed me. Thank you, quite nice post.

5. Le dimanche 18 octobre 2020, 9:02 par 먹튀검증사이트

Great site. Plenty of helpful information here. I am sending it to some buddies ans also sharing in delicious.

And obviously, thanks to your effort!

6. Le lundi 26 octobre 2020, 2:12 par maglia juventus buffon bambino

I'm not sure exactly why but this site is loading
very slow for me. Is anyone else having this issue or is
it a issue on my end? I'll check back later and see if
the problem still exists. maglia juventus buffon bambino

7. Le lundi 26 octobre 2020, 4:15 par real madrid drakt

It's not my first time to visit this website, i am
visiting this website dailly and get fastidious information from here every day.

real madrid drakt

8. Le lundi 26 octobre 2020, 8:08 par ajax trøje

You're so awesome! I don't think I have read something like this before.
So good to discover somebody with original thoughts
on this issue. Really.. thanks for starting this up.
This website is something that is needed on the
internet, someone with a bit of originality! ajax
trøje

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet