Jean Jacques Rousseau.

JEAN-JACQUES ROUSSEAU ET LA SOCIÉTÉ.

[ Dessin la foule .jpg|

Jean-Jacques ROUSSEAU s'exprime. Il parle des problèmes de son temps du XVIIIIe siècle. Etonnant ! Ces paroles rejoignent les préoccupations de notre époque actuelle et restent des recommandations utiles pour des jeunes apprentis ,les élèves, maîtres, entraîneurs et tous tous les responsables de la société.

PAROLES DE JEAN-JACQUES ROUSSEAU POUR LE MONDE.

Vous retrouvez la société des vivants. Cela vous inspire quoi ??

Le spectacle du monde, disait Pythagore, ressemble à celui des jeux olympiques: les uns y trouvent boutiques et ne songent qu'à leur profit; les autres y payent de leur personne et cherchent la gloire; d'autres se contentent de voir les jeux, et ceux-ci ne sont pas les pires.''(J.-J. R 1762)

Mépriser la multitude

Je voudrais qu'on choisit tellement les sociétés d'un jeune homme, qu'il pensât bien de ceux qui vivent avec lui. Qu'il sache que l'homme est naturellement bon, qu'il le sente, qu'il juge de son prochain par lui-même, mais qu'il voie comment la société déprave et pervertit les hommes, . . . qu'il soit porté à estimer chaque individu, mais qu'il méprise la multitude; qu'il voie que tous les hommes portent à peu près le même masque, mais qu'il sache aussi qu'il y a des visages plus beaux que le masque qui les couvre. (J.J. R.)

Jamais de comparaison. Encourager les progrès individuels.

Jamais de comparaisons avec d'autres enfants, point de rivaux, point de concurrents, même à la course. Aussitôt qu'il commence à raisonner, j'aime cent fois mieux qu'il n'apprenne point ce qu'il n'apprendrait que par jalousie ou par vanité. Seulement je marquerai tous les ans les progrès qu'il aura faits; je les comparerai à ceux qu'il fera l'année suivante. Je lui dirai :(J.J. R.)
Vous êtes grandi de tant de lignes; voilà le fossé que vous sautiez, le fardeau que vous portiez. . . .
Il voudra se surpasser, il le doit; je ne vois nul inconvénient qu'il soit émule de lui-même

Ecrivain Rousseau .jpg

D'abord l'expérience pratique. La mémoire..

Je hais les livres. Ils n'apprennent qu'à parler de ce qu'on ne sait pas. On dit qu'Hermès grava sur les colonnes les éléments des sciences pour mettre les découvertes à l'abri d'un déluge. Si il les eût imprimées dans la tête des hommes, elles s'y seraient conservées par tradition. Des cerveaux bien préparés sont des monuments où se gravent le plus sûrement les connaissances humaines.''(J.J .R.)

Eduquer. Une autorité qui accompagne avec intelligence.

Les maîtres se plaignent que le feu de cet âge rend le jeu indisciplinable, et, je le vois, mais n'est-ce pas leur faute?
Dans la dure loi qu'on lui prescrit sans pouvoir la lui faire entendre, que verra-t-il sinon le caprice et la haine d'un homme qui cherche à le tourmenter? Est-ce étrange qu'il se mutine et le haïsse à son tour?
Je conçois bien qu'en se rendant facile on peut se rendre plus supportable et conserver une apparente autorité. Mais je ne vois pas trop à quoi sert l'autorité qu'on ne garde sur son élève qu'en fomentant les vices qu'elle devrait réprimer; c'est comme si pour calmer un cheval fougueux l'écuyer le faisait sauter dans un précipice. (J.J. R)

A table maintenant avec un bon beefstaek, à point ou saignant ?

Oô meurtrier contre nature! Vous n'avez faim que des bêtes innocentes et douces qui ne font de mal à personne, qui s'attachent à vous, qui vous servent, et que vous dévorez pour prix de leurs services! .(J.J. R)


G; Kautzmann - Strasbourg le 30/03/020 ( Mse à jour )

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet